Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Joseph Ratzinger (Benoît XVI), Structures de la réalité chrétienne: Le principe "pour"

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)

15 TOB ev        Parce que la foi chrétienne exige l'’engagement de l'’individu, mais en lui demandant d’'être pour l’'ensemble et non pour lui-même, le mot " pour " exprime la véritable loi fondamentale de l’'existence chrétienne : c'’est la conclusion qui découle logiquement de ce qui précède. C’'est pourquoi dans le sacrement principal, celui qui forme le centre du culte chrétien, l'’existence de Jésus-Christ est présentée comme une existence " pour la multitude " -- " pour vous ", comme l’'existence ouverte qui rend possible et opère la communication de tous entre eux par la communication en Lui. C’'est pour cela que l’'existence du Christ, comme nous l’'avons vu, s’'accomplit et se réalise comme existence exemplaire lorsqu'’il est " ouvert " sur la croix. C'’est pour cela que, annonçant et expliquant sa mort, il peut dire : " Je m’'en vais et je viens vers vous " (Jn 14, 28) : du fait que je pars, la cloison de mon existence qui me limite maintenant, est brisée ; et ainsi mon départ est véritablement ma venue, dans laquelle je réalise ce que je suis réellement, c’'est-à-dire celui qui rassemble tous les hommes dans l'’unité de son nouvel être, celui qui n'’est pas limité, mais unité.

       Les Pères de l'’Église ont interprété en ce sens les bras étendus du Christ en croix. Ils y voient tout d'’abord la forme primitive du geste de la prière chrétienne, de l’'attitude de l’'orante, telle que nous la rencontrons dans les représentations émouvantes des catacombes. Les bras du Crucifié montrent donc en lui l’'adorateur, mais en donnant en même temps à l’'adoration une nouvelle dimension, qui fait la spécificité de la glorification chrétienne de Dieu : ses bras ouverts sont aussi expression d'’adoration précisément parce qu'’ils expriment le don total aux hommes, parce qu'’ils sont le geste de l’'étreinte, de la fraternité pleine et sans réserve. Par référence à la croix, la théologie des Pères a pu voir représentées symboliquement dans l’'attitude chrétienne de la prière, la coïncidence de l’'adoration et de la fraternité, l’'inséparabilité du service des hommes et de la glorification de Dieu.

       Être chrétien signifie essentiellement passer de l’'être pour soi à l’'être pour les autres. Par là s'’exprime aussi le sens réel de la notion d’'élection (choix parmi plusieurs), qui nous paraît souvent si étrange. Elle n’'est pas synonyme d'’une préférence pour tel individu particulier, qui le laisserait enfermé en lui-même et séparé des autres, elle veut dire au contraire l’'entrée dans la tâche commune, dont nous parlions tout à l’'heure. Aussi l'’engagement chrétien fondamental, l'’accueil du christianisme, représentent-ils l’'abandon de tout égocentrisme et l’'adhésion à l’'existence, toute tournée vers l’'ensemble, de Jésus-Christ. Dans le même sens, le mot de Jésus qui nous exhorte à porter la croix à sa suite n’'exprime nullement une dévotion privée, mais l’'exigence, que l'’homme abandonne l'’isolement et la tranquillité de son " Moi ", et sorte de lui-même pour suivre le Crucifié, en mettant une croix sur son " Moi ", et en vivant pour les autres. D'’une manière générale, d’'ailleurs, les grandes images de l’'histoire du salut, qui constituent en même temps les grands symboles fondamentaux du culte chrétien, sont des formes d’'expression de ce principe du " pour ". Pensons par exemple à l’'image de l’'exode (sortie), qui depuis Abraham, et bien au-delà de l’'Exode classique de l’'histoire du salut, - la sortie d'’Égypte –- reste l'’idée fondamentale qui régit l’'existence du peuple de Dieu et de ses membres : ceux-ci sont appelés à l’'exode permanent du dépassement d'’eux-mêmes. Le même thème est sous-jacent à l’'image de la Pâque –- passage -, dans laquelle la foi chrétienne a exprimé la connexion du mystère de la croix et de la résurrection de Jésus avec l’'idée de " sortie " de l’'Ancien Testament.

       Jean a rendu le tout dans une image empruntée à la nature. Par là l’'horizon s’'élargit au-delà de l’'anthropologie et de l’'histoire du salut jusqu'’au cosmique : ce qui est présenté ici comme une structure fondamentale de la vie chrétienne est au fond déjà la marque de la création : " En vérité, en vérité, je vous le dis, si le grain de blé tombé en terre ne meurt, il reste seul ; s'’il meurt, il porte beaucoup de fruit " (Jn 12, 24). C'’est une loi déjà dans le domaine cosmique, que la vie ne prend naissance qu'’à travers la mort, à travers la perte de soi-même. Ce que la création préfigure s’'accomplit en l'’homme et finalement en l’'homme exemplaire Jésus-Christ : en partageant le destin du grain de blé, en passant par le sacrifice, en acceptant d’'être livré et de se perdre, il inaugure la vraie vie. En partant des expériences de l’'histoire des religions, qui sur ce point précisément rejoignent de très près le témoignage de la Bible, on pourrait aussi dire que le sacrifice alimente la vie du monde. Les grands mythes qui prétendent que le cosmos serait issu d'’un sacrifice primordial et ne pourrait vivre qu'’en mourant perpétuellement à lui-même, voué au sacrifice, ces mythes trouvent ici leur vérité et leur valeur. À travers ces images mythiques apparaît le principe chrétien de l’'exode : " Qui aime sa vie la perd ; et qui haït sa vie en ce monde la conservera en vie éternelle " (Jn 12, 25).

       Il faut ajouter, en terminant, que tous les dépassements opérés par l'’homme lui-même ne pourront jamais suffire. Celui qui ne veut que donner et n’'est pas prêt à recevoir, qui ne veut que vivre pour les autres, sans reconnaître que lui-même vit du don et du sacrifice des autres, don qu'’il n’est pas en droit d’'attendre ni d’'exiger, celui-là méconnaît le mode d’'être fondamental de l’'homme et altère nécessairement le vrai sens de ce qu’'est vivre les uns pour les autres. Pour être féconds, tous les dépassements de nous-mêmes exigent que nous sachions aussi recevoir de l’'autre et en fin de compte de cet autre qui est véritablement autre par rapport à toute l’'humanité, et en même temps pleinement uni à elle : l'’homme-Dieu Jésus-Christ.

 

La foi chrétienne hier et aujourd’hui, Éd. du Cerf, 1996, p. 172-175

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Marie Aline 22/07/2006 01:07

"Jésus glorifié" dans ses bras en croix, il nous appel aussi à rentrer dans son coeur ouvert  pour nous, où nous pouvons le rencontrer, l\\\'adorer. Il nous rassemble, nous enseigne, nous donne son Eucharistie et nous renvoie vers nos frères (Jésus réunis d\\\'abord les douzes, puis les envoya en mission)  sa gloire dans le Père, est de nous attirer à lui, des bras ouverts dans lequel nous pouvons nous blottir sans crainte; élevé de terre j\\\'attirerai à moi tout les hommes.

RSS Contact