Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Yves Congar, Préface de " Ton enfant, il crie la vérité "(Daniel-Ange), Fayard, 1983

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
Saint Paul dit que seul l’Esprit de Dieu scrute la profondeur de Dieu, mais quand Jésus a voulu manifester la dignité du chrétien et inculquer l’horreur du scandale, il a pris un petit enfant et dit " leurs anges, aux cieux, voient sans cesse la face de mon Père, qui est aux cieux " (Mt 18, 10). Il existe une connivence entre les enfants et le mystère de Dieu. Parce qu’ils n’ont pas les concepts élaborés par les adultes, parce qu’ils sont dépendants pour tout, qu’ils le savent, parce qu’ils n’ont pas nos soucis, ils sont ouverts à la poésie et au mystère de Dieu. Il y a un âge théologique lié à la faculté de s’émerveiller, que notre travail de théologien pourrait assécher comme une usine qui pompe les sources cachées d’un sol. Cela, je le crois, et pourtant vous savez bien qu’il faudrait me mettre à la question longtemps pour me faire dire du mal de la théologie ! Séminariste à Paris, de 1921 à 1924, je faisais du patronage dans la paroisse sur le territoire de laquelle la vie m’avait ramené. J’ai demandé à des enfants : " Qu’est-ce qu’un saint ? " J’ai encore le papier sur lequel j’ai noté des réponses. En voici une : " Quelqu’un qui a du cœur pour Dieu ". Je me rappelle aussi – c’était en Allemagne – cette petite fille de six ans qui demandait à sa mère " Ist des grosse Gott auch der liebe Gott ? Le grand Dieu, est-il aussi le bon Dieu ? " Les gnostiques auxquels répondait Saint Irénée n’avaient pas compris cela. Combien de parents pourraient rapporter des traits semblables ! Pour nous, j’entends aussi nous autres, théologiens, ce n’est pas du folklore. Ce n’est pas simplement un bain de fraîcheur, comme celui que Karl Barth se donnait chaque matin avec un disque de Mozart. C’est une occasion de recevoir une parole de Dieu. C’est au moins une délicate et puissante invitation à soupçonner un au-delà de nos idées et de nos précisions. " Ôte tes souliers ! La terre que tu foules est une terre sainte ! "
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact