Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Thomas Merton, La Manne du désert, Éd. de l’Orante, 1954, p. 125-129

Walter Covens #la vache qui rumine (Années B - C)
Quand nous chantons les Psaumes, ce n’est pas nous seuls qui prononçons les paroles de David ou de quelque juif mort depuis longtemps. C’est le Christ éternel. Il " chante les Psaumes au ciel " parce que son humanité glorifiée est le centre de leurs mystères et la vie de tous ceux qui entrent dans ces mystères. Nous tous qui sommes les membres de son corps, sommes un en lui et un avec lui... L’Homme qui souffre dans les Psaumes, qui crie vers Dieu, et que Dieu entend, est le Christ total. Les consolations et l’aide envoyées du ciel par les Psaumes sont répandues non seulement sur Jésus et sur moi-même, mais sur le Christ total, et leur force sera bien moins puissante en moi si je ne comprends pas qu’elles sont partagées entre tous. C’est peu de chose que de m’émerveiller, au cours de la récitation d’un Psaume, à la compréhension de ma filiation personnelle à Dieu. Bien plus merveilleuse est la consolation du mystère de mon unité avec tous les autres fils de Dieu dans l’unique fils de Dieu, le Christ mystique… La découverte de ce que nous sommes vraiment, de l’inviolabilité et de l’individualité de nos êtres, unis sans confusion dans l’unique personne mystique, unis les uns aux autres dans la flamme de cette extase sans limite et totalement désintéressée qu’est l’amour du Christ pour son Père et pour nous, sera une de nos joies les plus purement parfaites dans le ciel. En attendant, nous devons en récitant les Psaumes, découvrir constamment et progressivement cette personne que nous sommes. " Nous devons comprendre notre personne, la personne de notre Église, la personne du Corps du Christ. " Ce sont les paroles de saint Augustin. Ce qui précède nous aidera à saisir l’importance de la récitation chorale de l’Office divin. Le simple fait de se tenir debout en chœur et d’entendre vingt, trente, cinquante ou cent voix réunies en une seule, criant vers Dieu à la première personne du singulier, aide beaucoup à se pénétrer de la vérité que nous avons essayé d’exprimer. Nous sommes tous différents, nous avons tous nos propres problèmes et nos ennuis, et pourtant, nous chantons tous ensemble : " Ô Dieu, entends mon cri, écoute ma prière. " La syntaxe elle-même nous fait uns et nous ajoutons : " Des extrémités de la terre, je crie vers toi " (Ps 60, 2-3). Nous embrassons tout le Corps mystique dans tous ses membres éparpillés aux quatre coins du monde et, où qu’ils soient, ces hommes et ces femmes sont avec nous et nous sommes avec eux, parce que nous sommes tous " un seul homme ". Partout où deux ou trois sont réunis en son nom, le Christ, au milieu d’eux, leur communique sa personne. Il devient ce " Je " qui chante, prie et loue en nous tous.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact