Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

La Croix ... une folie ? - Homélie 3° dimanche du Carême B

dominicanus #Homélies Année B (2008-2009)
 


1. « Détruisez ce sanctuaire. » La purification du Temple est racontée au milieu du Carême, afin que nous réfléchissions sur ce que sont un vrai culte et la vraie maison de Dieu. Deux accents principaux marquent l'évangile :
- le fouet inexorable de Jésus qui chasse tout trafic de la maison de prière de son Père,
- et la preuve qu'il offre de son pouvoir, preuve qui lui est réclamée : le vrai Temple, celui de son corps, détruit par les hommes, sera rebâti en trois jours.

Tant que cela n'est pas arrivé, tant que la mort et la résurrection sont encore à venir, l'ancienne maison de Dieu doit servir uniquement à la prière. Le Dieu de l'Ancienne Alliance ne pouvait pas tolérer à côté de lui des dieux étrangers, surtout pas le dieu Mammon.

Les deux lectures éclairent l'évangile, la première explique le premier accent, la seconde le deuxième accent.

2. « Car je suis un Dieu jaloux. » La grande révélation du Dieu de l'alliance par lui-même dans la première lecture, a deux parties (et une insertion) : dans la première, Dieu qui a prouvé sa vie et sa puissance en faisant sortir Israël d'Égypte, se présente comme le Dieu unique (cf. Dt 6, 4) ; c'est pourquoi il doit se réserver toute adoration et condamner par un châtiment toute idolâtrie. Dans le « décalogue » –  c'est la deuxième partie – il exige du peuple avec lequel il conclut l'alliance, de se comporter comme cela convient dans une alliance avec l'unique Majesté. Tous ces commandements ne sont pas des prescriptions de droit naturel ou simplement éthiques (ce qu'ils peuvent être aussi d'ailleurs), mais des exigences concernant la manière dont l'homme doit se conduire dans l'alliance avec Dieu. A été insérée dans la liste la loi du sabbat qui, dans ce contexte, indique avant tout que, parmi les jours des hommes, l'un est réservé et caractérisé comme la propriété de Dieu et contraint l'homme par le repos à en prendre toujours à nouveau conscience.

3. « Les Juifs demandent des signes. » La deuxième lecture éclaire le deuxième motif principal de l'évangile. Les Juifs y réclament une preuve de la puissance de Jésus : « Quel signe nous montres-tu pour agir ainsi ? » L'exigence de signe en vue de venir à la foi est tout à la fois repoussée par Jésus et cependant exaucée par le seul signe qui leur sera accordé : « Génération mauvaise et adultère ! Elle réclame un signe, et de signe, il ne lui sera donné que celui du prophète Jonas » : trois jours et trois nuits dans le ventre du monstre marin, trois jours et trois nuits dans le sein de la terre (Mt 12, 38-40).

Exactement comme dans l'évangile : le Temple détruit et rebâti. Le seul signe que Dieu donne est pour les hommes « folie », « faiblesse », la croix : ce qui réclame la foi pour être acceptée, tandis que les Juifs veulent d'abord voir, pour ensuite accorder foi. Ainsi le signe qui leur a été donné reste un « scandale », tandis qu'il est pour ceux qui sont appelés à la foi « le Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu », qui se manifeste dans le signe suprême, unique, de la mort et de la résurrection de Jésus.

Un jour, voulant retourner chez elle, une petite fille se perdit dans un quartier de Londres. Prise d'angoisse, elle se mit à pleurer. Un agent de police qui passait par là la vit, vint vers elle et lui demanda si elle se rappelait le nom de la rue où elle habitait. La fillette lui répondit : « Je ne sais pas le nom de la rue, mais ma maison est près du bâtiment qui a une croix sur le toit ». Le policier comprit qui le bâtiment surmonté d'une croix ne pouvait être que l'église, la seule église du quartier, et il put aider la petite à retrouver sa maison. La croix avait servi de repère. Aujourd'hui, comme jamais auparavant, le monde égaré a besoin de repères sûrs, il a besoin de regarder « la croix » de Jésus pour trouver la maison du Père.

Dans un film sur les pilotes d'avions de grandes lignes, le commentateur expliquait qu'une fois à bord, le pilote doit dépendre entièrement des appareils de guidage (les radars) au sol. Dans son avion, le pilote ne doit pas se fier à ses instincts personnels. Nuit et jour, il doit absolument suivre les signes et les instructions des instruments de bord, sinon il ira à la catastrophe.

 

Inutile de citer d'autres exemples pour illustrer l'égarement et la faiblesse de l'homme. L'homme moderne se glorifie de ses exploits scientifiques sans précédent.

Les Grecs se glorifiaient de leur philosophie. Les Grecs pouvaient se glorifier d’avoir donné à l’humanité des philosophes célèbres. C’est en grande partie grâce à eux que la culture hellénistique l’avait emporté sur la culture latine malgré les victoires politiques et militaires de Rome.

L’homme moderne place sa confiance dans ses « ressources humaines ». Il est fier de son indépendance et de son intelligence, de ses exploits sportifs. Mais aux yeux de Dieu l'homme est pauvre et misérable. Son problème fondamental ne peut être résolu en dehors de la croix de Jésus-Christ.

En parlant de sa mort, Jésus connaissait l'endroit où il souffrirait : sur une colline, une hauteur, afin que toute la ville puisse le voir. Sa mort ne se réduit pas à une erreur judiciaire, elle n'est pas une punition méritée, mais l'accomplissement de prophéties précises concernant le Messie. En mourant sur le bois dressé sur le Mont Calvaire, Jésus-Christ a pris le péché de tous les hommes sur lui. Ce que nous ne pouvons pas obtenir par nos propres moyens, Jésus l'a obtenu pour nous. Il a affronté la mort pour nous et il l'a vaincue. Au troisième jour après sa mort, il est sorti vivant du tombeau qui avait été scellé par une grosse pierre. C'est pourquoi la croix de Jésus est là comme le repère dans le temps et l'espace, la boussole qui conduit à la paix véritable et au salut éternel.

Le fleuve de l'histoire s'écoule.: la croix demeure. Quand les forts torturent les faibles, et que les riches méprisent les pauvres, quand les malheureux meurent dans la misère, et les mères demandent du pain en pleurant pour leurs enfants qui meurent de faim, quand les innocents souffrent dans les prisons, quand les soldats partent à la bataille, quand ceux qui sont dans les ténèbres réclament la lumière, la croix est toujours pour ceux qui mettent toute leur foi en Jésus-Christ le signe de la puissance de Dieu, plus sage et plus forte que les hommes.

La croix n'a, en elle-même, aucun pouvoir magique, mais elle est d'une importance capitale dans la mesure où elle est le signe de ce que le Christ a accompli, une fois pour toutes, pour nous tous. Pour nous, elle n'aura son sens que si nous accueillons le Christ comme notre Sauveur. Vous pouvez, vous aussi, dans notre monde troublé, posséder une paix qui surpasse toute intelligence et une joie qui ne peut vous être ôtée, si vous mettez votre confiance dans l'amour de Dieu manifesté sur la croix, en Jésus-Christ.

Jésus-Christ, et Jésus-Christ crucifié… une folie ? Non, mille fois non; c'est là, au contraire, "la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire. "
 

RSS Contact