Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Si Jésus revenait ... Mais il est là ! - Homélie 3 Pâques B

Walter Covens #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)
Aujourd’hui, S. Luc, à sa manière, montre que l’intelligence des Écritures est le plus grand don du Ressuscité, et que le plus grand fruit de cette intelligence, ou plutôt, cette intelligence elle-même, est de savoir que, quand il disparaît au regard, il demeure présent à la foi.

Aujourd’hui, S. Luc, à sa manière, montre que l’intelligence des Écritures est le plus grand don du Ressuscité, et que le plus grand fruit de cette intelligence, ou plutôt, cette intelligence elle-même, est de savoir que, quand il disparaît au regard, il demeure présent à la foi.

    Combien de fois n’avons-nous pas dit ou entendu dire : "Si Jésus revenait aujourd’hui…" ? Suit alors habituellement une énumération plus ou moins longue et (im)précise de choses que nous aimerions voir changer dans l’Église et dans le monde. L’erreur est fatale, et le chemin que nous voulions tracer sans issue, pour la simple raison que Jésus, IL EST LÀ !


    Un journaliste demandait un jour à Mère Teresa ce qu’il faudrait changer pour que cela aille mieux dans l’Église et dans le monde. La réponse est venue, simple et limpide : "Ce qu’il faudrait changer ? Mais vous et moi, cher monsieur !" Ce changement, nous l’appelons conversion :

 

Convertissez-vous donc, et revenez à Dieu pour que vos péchés soient effacés (1e lect).

    Cette conversion n’est pas d’abord morale. Se convertir signifie passer de l’incrédulité à la foi. C’est le mouvement fondamental de notre baptême, dont nous avons fait (pour les néophytes – ceux qui viennent d’être baptisés) ou renouvelé la profession durant la veillée pascale : "Renoncez-vous… ? – Croyez-vous… ?" Nous avons commencé ce mouvement ; il nous reste à le continuer ensemble. Étant passés de l’incrédulité à la foi, nous devons maintenant passer "de la foi à la foi" (Rm 1, 17), d’une foi d’enfant à une foi adulte … qui consiste à devenir comme des enfants. C’est-à-dire qu’après avoir appris à faire un pas, nous devons en faire une deuxième, puis un troisième. Et cela ne va pas sans tomber. Rien n’est jamais acquis.

    Les disciples venaient de reconnaître le Seigneur à la fraction du pain. Voilà qu’il réapparaît. Et S. Luc nous dit que "frappés de stupeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit." La veille au soir Jésus leur avait dit :

 

Vous n’avez donc pas compris ! Comme votre cœur est lent à croire…

 

    Il constate qu’ils ont une connexion à bas débit et il leur conseille de prendre une connexion à haut débit. Ils n’ont pas (encore) suivi le conseil. Comme eux, il faut sans cesse nous relever et recommencer jusqu'à la "plénitude du Christ" :

 

Au terme, nous parviendrons tous ensemble à l’unité dans la foi et la vraie connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la plénitude de la stature du Christ (Ép 4, 13).

 

    En ce troisième dimanche de Pâques n’allons donc pas faire comme les pharisiens. Ne disons pas : "Moi, ça y est ! Je suis converti. Je suis croyant." En parlant de la justification par la foi Luther remarquait :

 

Il y en a qui considèrent avec légèreté ces paroles concernant la grâce et disent témérairement : Qui ne sait que sans la grâce il n’y a rien de bon en nous ? Et ils croient bien comprendre ces choses. De plus, lorsqu’on leur demande s’ils considèrent comme une chose de rien leur justice, ils s’écrient aussitôt : Certainement, j’en suis sûr ! C’est un aveuglement lamentable et grave qu’ils s’estiment ainsi parvenus au plus haut degré de perfection, alors qu’ils n’en ont pas la moindre compréhension et n’en connaissent pas le goût. Comment un homme peut-il être plus orgueilleux que lorsqu’il ose s’affirmer pur de tout orgueil et de toutes inclinations mauvaises ?
    Reconnaissons donc que souvent nous avons, nous aussi, "agi dans l’ignorance" (1e lect.), et que notre ignorance est coupable (2e lect.). Reconnaissons aussi que le don du Ressuscité est de nous faire passer de cette ignorance coupable à "l’intelligence des Écritures" (Évangile).

    Dans l’Évangile de dimanche dernier, S. Jean nous a montré comment Jésus ressuscité amène ses disciples, et après eux les futurs croyants, à la maturité de la foi, à croire sans voir, mais non sans bonheur, en s’appuyant uniquement sur l’annonce des premiers témoins.

    Aujourd’hui, S. Luc, à sa manière, montre que l’intelligence des Écritures est le plus grand don du Ressuscité, et que le plus grand fruit de cette intelligence, ou plutôt, cette intelligence elle-même, est de savoir que, quand il disparaît au regard, il demeure présent à la foi.

    Non que la foi entraîne la présence ! C’est le contraire : c’est la présence du Ressuscité, et non pas une ou deux rencontres furtives seulement, qui provoque à la foi. Quand Jésus leur apparaît, il ne vient pas du dehors. Il n’entre pas : il était déjà présent. Quand il disparaît à leur regard, il ne s’en va pas : il reste avec eux.

    La communion de l’Église, nous rappelait Benoît XVI dans une catéchèse, n’est pas seulement une réalité qui s’étend dans l’espace. Elle s’étend aussi dans le temps. Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui, à jamais !

Dugas 07/05/2006 03:04

Bonjour, j'apprécie ce texte.  DE l'Acadie (Canada)

RSS Contact