Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Homélie pour la fête de la Croix Glorieuse

dominicanus #Homélies Année A (2007-2008)

Selon nos critères humains, Jésus était un râté. Il n'avait aucun diplôme, aucune éducation. Il n'a pas fait carrière. Durant les trois dernières années de sa vie d'adulte, il n'avait même aucun salaire, et donc très peu d'argent. Il vivait de dons. Il mendiait. Pas de coquette maison, ni de moyen de locomotion confortable. La plupart du temps il dormait à la belle étoile et se déplaçait à pied. Pas non plus de gens haut placés parmi ses amis, pas de relations dans le domaine de la culture, de la politique ou du monde des affaires. On le considérait comme un lunatique et un crimininel. Il n'avait même pas la côte parmi les gens de son pays, de sa ville natale. Quand il avait prêché dans leur synagogue il avait failli se faire lyncher. Dans tous les critères selon lesquels nous mesurons habituellement le succès de quelqu'un, la vie de Jésus était un échec sur toute la ligne.

Et pourtant, saint Paul peut écire dans la deuxième lecture que Dieu le Père lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, qu'il est le Seigneur devant qui tout genou doit fléchir. Pour quelle raison le Père a-t-il élevé Jésus sur le trône de gloire en l'exaltant à ce point, si a vie fut un échec ? La raison est que les critères de Dieu ne sont pas ceux des hommes. Selon les critères de Dieu, Jésus a triomphé dans la seule catégorie vraiment importante : celle de l'humilité.

Comme nous venons de l'entendre dans la lettre de saint Paul aux Romains, Jésus se dépouilla lui-même, en prenant la forme d'un esclave, il s'est humilié, devenant obéissant jusqu'à la mort sur une croix. C'est pour cette raison que Dieu l'a exalté. Voilà ce que l'Eglise célèbre en ce jour de la fête de la Croix Glorieuse, la victoire de l'humilité du Christ sur l'orgueil de Satan.

Jésus disait à ceux qui le suivaient : "Apprenez de moi que je suis doux et humble de coeur" (Mt 11, 29). Il n'a pas dit : "Apprenez de moi à changer l'eau en vin, à ressusciter les morts, à guérir les lépreux". Dans les béatitudes, la liste des huit secrets de Jésus pour être heureux, l'humilité est en tête liste : "Heureux les pauvres en esprit, car le Royaume de Cieux est à eux" (Mt 5, 3). Être pauvre en esprit, c'est être humble, ne pas chercher avidement son bonheur en accaparant tout (l'argent ou ... l'estime), mais plutôt en nous donnant à Dieu et au prochain. Nous admettons bien qu'un athlète a besoin d'un entraîneur pour se dépasser, qu'un homme politique ne doit pas chercher ses intérêts personnels mais le bien commun de ses électeurs, qu'un patient doit suivre la prescription de son médecin, même si le remède est amer. Tout cela est du domaine de l'humilité.

Et pourtant, quand il s'agit de la vie elle-même, nous en voulons à Dieu quand il essaie de nous guider par sa Providence à travers les évènements et les circonstances de la vie, ou quand il nous demande de faire un sacrifice pour le bien des autres, ou encore, quand le médecin des âmes nous dit par les enseignements de l'Eglise, que certaines choses nous font du tort.

C'est pourtant à travers les croix et les privations que les hommes acquièrent peu à peu la sagesse et l'humilité. Saint Augustin disait que Dieu ne permet le mal qu'en vue d'en tirer un plus grand bien. Les humbles le reconnaissent et vivent sans crainte. Seuls les superbes et les égoïstes ne supportent pas que Dieu leur demande de lui passer le volant de leur voiture un moment.

Si l'humilité est le secret, la clé de la victoire du Christ sur le péché et le mal, alors l'humilité devrait être clé également pour ceux qui sont ses disciples. La question évidente qui se pose alors est : comment nous comportons-nous dans cet aspect de notre vie chrétienne ?

Ce qui est bien avec l'humilité, c'est qu'elle est assez facile à mesurer. Nous sommes humbles dans la mesure ou nous sommes capables de nous renier pour le bien des autres. La croix, c'est cela, en fait. C'est ainsi que Jésus caractérise la vie chrétienne : "Si quelqu'un veut être mon disciple, qu'il renonce à lui-même, qu'il prenne sa croix, et qu'il me suive" (Mt 16, 24).

Dans nos conversations, sommes-nous prêts à faire des concessions, volontiers et sans murmurer, au lieu de toujours vouloir imposer notre volonté propre, nos petites opinions ? Dans nos responsabilités de chaque jour, sommes-nous prêts à travailler dur, à nous dépenser pour mener nos tâches à bien, sans pour autant chercher des approbations ou des contre-parties ? Quelle conception nous faisons-nous des vacances : sont-elles pour recharger nos batteries afin d'être davantage au service des autres, ou bien sommes-nous toujours en train de chercher à satisfaire nos propres envies, à en faire une priorité absolue, à tel point que nous devenons insupportables quand les besoins ou les préférences des autres nous amènent à devoir renoncer à ce que nous aurions voulu ?

A vous de continuer la liste des questions. Ce sont autant de critères qui nous permettent de jauger notre degré d'appartenance à Jésus et notre participation à sa Croix Glorieuse.

 

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé,

De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l'homme soit élevé,

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Zoé 13/09/2014 19:02

Je recherche vos homélies avant afin de me préparer à vivre la messe que je prends très au sérieux. Ensuite, je lis les lectures pour me préparer au service de proclamation de la Parole de Dieu.
Merci pour vos partages à la fois si simples et profonds. Je mesure tout ce que cela vous demande et vous remercie pour votre don en partage. Puisse Jésus élevé sur la croix glorieuse que nous fêtons vous aider chaque jour à vous élever vers le Toup Puissant d'Amour.
Union de prière
Zoé

Jean-Edner Bréné 12/09/2014 18:29

Japprecie très fortement votre homélie

cd vierges 07/03/2009 15:43

Je découvre votre blog avec intérêt!merci pour ce billet

Marion 19/09/2008 22:18

Suite à mes "errances" sur la blogosphère, je suis tombée sur votre blog et c'est avec une grande joie que je découvre vos homélies qui me rejoigne dans leurs simplicité, si proche de mon quotidien. Par exemple la notion de "croix glorieuse" est un concept abstrait et pourtant en lisant votre homélie j'ai touché d'un peu plus près l'essence même de cette vérité de la messe de le semaine dernière.Je découvre avec plaisir et joie que nous avons un "ami" commun car je suis une fan du lapin bleu qui accompagne depuis de longues années mon cheminement sans cesse en conversion et en rencontre. Il fait bon rencontrer des prêtres qui nous rejoignent avec tant de vérité et de proximité. Il fait bon combler ce trou parfois béant entre un prêtre et ses paroissiens. du fond du coeur MERCI!!!!!En Union De Prière!!!!MArion 

dominicanus 20/09/2008 22:40


Merci, Marion. A l'heure de partir en pèlerinage sur les pas de saint Paul, et donc d'une interruption momentantée des mises à jour de ce blog (et des autres), votre commentaire m'encourage à
poursuivre une activité certes très prenante mais combien nécessaire dans la société contemporaine.

Union de prière, et à bientôt de vos nouvelles !

Père Walter


RSS Contact