Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

L’« Instrumentum laboris » du Synode de la Parole de Dieu (introd.)

dominicanus #Évènements
ROME, Jeudi 12 juin 2008 (ZENIT.org).- Nous publions ci-dessous l'Instrumentum laboris (document de travail) de la XIIe Assemblée générale ordinaire du synode des évêques sur « La Parole de Dieu dans la vie de l'Eglise ».



SYNODE DES ÉVÊQUES

XIIème ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE

La Parole de Dieu
dans la vie et la mission de l'Église

 

INSTRUMENTUM LABORIS

Cité  du Vatican
2008

  

AVANT-PROPOS

            La Parole de Dieu par excellence est Jésus-Christ, homme et Dieu. Le Fils éternel est la Parole qui existe depuis toujours en Dieu, parce qu'elle-même est Dieu : « Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu » (Jn 1,1). La Parole révèle le mystère de Dieu, Un et Trin. Prononcée depuis toujours par Dieu le Père dans l'amour de l'Esprit Saint, la Parole signifie le dialogue, exprime la communion; elle introduit dans la profondeur de la vie bienheureuse de la Très Sainte Trinité. En Jésus-Christ, le Verbe éternel,Dieu nous a choisi avant la création du monde, nous prédestinant à être ses fils adoptifs (cf. Ep 1,4-5). Tandis que l'Esprit planait sur les eaux et que les ténèbres enveloppaient les abysses (cf. Gn 1,2), Dieu le Père décida de créer le ciel et la terre à travers la Parole, par laquelle tout ce qui existe a été fait (cf. Jn 1,3). Aussi, les traces de la Parole se trouvent-elle dans le monde créé : « Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'œuvre de ses mains, le firmament l'annonce » (Ps 18,2). Le chef-d'œuvre de la création, c'est l'homme, fait à l'image et à la ressemblance de Dieu (cf. Gn 1,26-27), l'homme capable de dialoguer avec le Créateur mais aussi de percevoir dans la création le sceau de son Auteur, le Verbe créateur, et à travers l'Esprit, de vivre dans la communion avec celui qui est (cf. Ex 3,14), avec le Dieu vivant et vrai (cf. Je 10,10).

            Cette amitié fut interrompue par le péché des premiers parents (cf. Gn 3,1-24) qui enténébra aussi l'accès à Dieu par la création. Dans sa bonté, Dieu, clément et miséricordieux (cf. 2 Ch 30,9) n'abandonna pas les hommes. Il choisit un peuple parmi toutes les nations (cf. Gn 22,18) et continua de lui parler au long des siècles, à travers des patriarches et des prophètes, des hommes choisis pour conserver vivante l'espérance qui offrait la consolation aussi aux événements dramatiques de l'histoire du salut. Leurs paroles inspirées ont été réunies dans les livres de l'Ancien Testament. Elles ont maintenu en vie l'attente de la venue du Messie, fils de David (cf. Mt 22,42), rejeton de la racine de Jessé (cf. Is 11,1).

            Et ensuite, lors de la plénitude du temps (cf. Ga 4,4), Dieu voulut dévoiler aux hommes le mystère de sa vie, voilé depuis des siècles et des générations (cf. Col 1,26), le Fils unique de Dieu s'incarna, « le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous » (Jn 1,14). Semblable à nous en toutes choses, excepté le péché (cf. He 2,17; 4,15), le Verbe de Dieu dut s'exprimer de manière humaine, par les mots et par les gestes rapportés dans le Nouveau Testament, et plus spécialement dans les Évangiles. Il s'agit d'un langage semblable en tout à celui des hommes, excepté dans l'erreur. Avec les yeux de la foi, dans la fragilité de la nature humaine de Jésus-Christ, le croyant découvre la splendeur de sa gloire « qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité » (Jn 1,14). De même, à travers les paroles des Saintes Écritures, le chrétien est invité à découvrir la Parole de Dieu, la splendeur de l'Évangile glorieux du Christ qui est image de Dieu (cf. 2 Co 4,4). Il s'agit d'un processus exigeant, patient et constant, qui suppose une étude historique et critique (diachronique aussi) et l'application de toutes les méthodes scientifiques et littéraires possibles (en vue d'une compréhension synchronique) auxquelles est soumise toute recherche sur les écritures des hommes. Eclairés par l'Esprit Saint, don du Seigneur ressuscité, et guidés par le Magistère, les fidèles scrutent les Écritures et approchent toujours plus leur pleine signification en rencontrant la Parole de Dieu, la personne du Seigneur Jésus, celui qui a les Paroles de la vie éternelle (cf. Jn 6,68).

            C'est pourquoi le thème de la XIIème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques - La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l'Église - pourrait être compris dans un sens christologique: Jésus-Christ dans la vie et dans la mission de l'Église. L'approche christologique s'accompagne nécessairement de celle pneumatologique, toutes deux conduisant à découvrir la dimension trinitaire de la révélation. Une telle lecture assure, d'une part, l'unité de la révélation, du fait que le Seigneur Jésus, Parole de Dieu, réunit toutes les paroles et tous les gestes rapportés dans les Saintes Écritures par des auteurs inspirés, et fidèlement conservés dans la Tradition. Ceci ne vaut pas seulement pour le Nouveau Testament, qui narre et proclame le mystère de la mort, de la résurrection et de la présence du Seigneur Jésus dans l'Église, communauté de ses disciples convoqués à célébrer les Saints Mystères. Ceux-ci, en permettant à la grâce de détruire le péché (cf. Rm 6,6) s'efforcent de se conformer à leur Maître afin que le Christ ait la possibilité de vivre en chacun d'eux (cf. Ga 2,20). Mais une telle lecture concerne aussi l'Ancien Testament qui, lui aussi en témoigne, selon les mots de Jésus (cf. Jn 5,39; Lc 24,27). D'autre part, la lecture christologique des Écritures unie à celle pneumatologique permet l'ascension de la lettre vers l'esprit, des paroles vers la Parole de Dieu. En effet, il n'est pas rare que les paroles cachent le sens profond, caractéristique des genres littéraires, de la culture des écrivains inspirés, de la façon de concevoir le monde et ses lois. Aussi est-il nécessaire de découvrir à nouveau dans la multiplicité des paroles l'unité de la Parole de Dieu qui, après ce processus obligatoire et contraignant, resplendit d'une lumière inattendue qui dépasse de beaucoup la fatigue de la recherche.

            Ce double accès complémentaire à la Parole de Dieu se trouve présenté dans l'Instrumentum laboris, document de travail de la prochaine Assemblée synodale. Il est le résultat des réponses aux Lineamenta, réunissant les réflexions des Synodes des Églises orientales catholiques sui iuris, des Conférences épiscopales, des Dicastères de la Curie romaine, de l'Union des Supérieurs généraux, ainsi que de personnes désirant apporter leur contribution à la réflexion ecclésiale sur cet argument important. La réflexion a été guidée par le Saint-Père Benoît XVI, Pasteur universel de l'Église, qui, dans de nombreuses interventions, s'est référé au thème des assises synodales, souhaitant - entre autre - qu'en redécouvrant la Parole de Dieu, qui est toujours actuelle et jamais dépassée, l'Église puisse rajeunir et connaître un nouveau printemps. De cette façon, elle pourra, avec un dynamisme nouveau, assurer sa mission d'évangélisation et de promotion humaine dans le monde contemporain, qui a soif de Dieu et de sa parole de foi, d'espérance et de charité.

            Le texte de l'Instrumentum laboris contient une mosaïque où prévalent les aspects positifs à propos de la conscience diffuse de l'importance de la Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l'Église. Ont aussi été signalés des aspects devant être améliorés et intégrés, surtout pour ce qui touche à un accès plus large aux Écritures et à sa meilleure intelligence ecclésiale, qui ne pourront pas ne pas aboutir à un zèle apostolique et pastoral renouvelé, dans l'annonce de la Bonne Nouvelle aux proches et aux lointains, et dans l'animation des réalités terrestres, en contribuant à construire un monde plus juste et plus pacifique.

            Il faut espérer que l'Instrumentum laboris, rédigé par le XIème Conseil ordinaire de la Secrétairerie Générale du Synode des Évêques, avec l'aide de quelques experts, puisse constituer un document valable de réflexion synodale. Il pourra guider les Pères synodaux sur le chemin descendant et ascendant dans la redécouverte de la Parole de Dieu, c'est-à-dire de Jésus-Christ, homme et Dieu. C'est ce qui se produit plus particulièrement dans les célébrations liturgiques qui ont leur point culminant dans l'Eucharistie, où la parole prouve son efficacité miraculeuse. En effet, conformément à la volonté expresse de Jésus-Christ « faites cela en mémoire de moi » (Lc 22,9), les mots prononcés par le prêtre in persona Christi capitis - « Prenez [...] ceci est mon Corps » (Mc 14,22), « ceci est mon Sang » (Mc 14,24) - transforment, grâce à l'action de l'Esprit Saint donné par le Père, le pain dans le Corps, et le vin dans le Sang du Seigneur ressuscité. À cette source permanente de grâce et de charité, l'Église puise constamment la lymphe vitale et l'élan nécessaires pour assurer sa mission dans le monde contemporain, dont les habitants sont appelés à découvrir dans la personne de Jésus-Christ la Parole de Dieu qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14,6) pour chaque homme et pour toute l'humanité.

+ Nikola Eterović
Archevêque titulaire de Sisak
Secrétaire Général


Cité du Vatican, en la Solennité de la Pentecôte, 11 mai 2008

 


Introduction

« Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie - car la Vie s'est manifestée : nous l'avons vue, nous en rendons témoignage et nous vous annonçons cette Vie éternelle, qui était tournée vers le Père et qui nous est apparue - ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, afin que vous aussi soyez en communion avec nous. Quant à notre communion, elle est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. Tout ceci, nous vous l'écrivons pour que notre joie soit complète » (1 Jn 1,1-4).


I. Annonce attendue et accueillie avec faveur

Douzième Assemblée Générale Ordinaire du Synode

1.         La prochaine XIIème Assemblée Générale Ordinaire du Synode des Évêques, qui se tiendra du 5 au 26 octobre 2008, a pour thème : La Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l'Église. L'argument, choisi par Sa Sainteté Benoît XVI le 6 octobre 2006, a été favorablement et largement accueilli par l'épiscopat et par le Peuple de Dieu. Pour orienter la préparation spécifique, des Lineamenta ont été élaborés pour permettre, à la lumière du Concile Œcuménique Vatican II, de réfléchir sur l'expérience que l'Église a aujourd'hui de la Parole, dans les différents rites et traditions, en rappelant les motivations de la foi et en encourageant une réflexion articulée sur divers aspects de la rencontre avec la Parole de Dieu.

            Des réponses aux Lineamenta et au Questionnaire inhérent sont parvenues des Églises orientales catholiques sui iuris, des Conférences épiscopales, des Dicastères de la Curie romaine et de l'Union des Supérieurs généraux, ainsi que des observations venant d'évêques, de prêtres, de personnes consacrées, de théologiens et de fidèles laïcs. On peut affirmer que la participation a été vaste et minutieuse, de la part des Églises particulières de tous les continents, témoignant que la Parole de Dieu s'étend véritablement dans le monde entier. Les différentes réflexions ont été réunies et opportunément synthétisées dans le présent Instrumentum laboris.


II. L'Instrumentum laboris et son usage

Points de référence

2.         L'écoute obéissante de la Parole de Dieu est réaffirmée, en communion avec toute la Tradition de l'Église, et plus particulièrement avec le Concile Vatican II et, en lui, avec la Constitution dogmatique sur la Révélation divine Dei Verbum (DV), en syntonie avec les autres documents conciliaires, comme les Constitutions dogmatiques sur la Sainte Liturgie Sacrosanctum Concilium (SC) et sur l'Église Lumen gentium (LG), et comme la Constitution pastorale sur l'Église dans le monde moderne Gaudium et spes (GS).[1] Deux Notes de la Commission pontificale biblique concernent plus directement le thème synodal : L'interprétation de la Bible dans l'Église et Le peuple juif et ses Saintes Écritures dans la Bible chrétienne. Sont également à consulter, en vertu de leur autorité, le Catéchisme de l'Église catholique et son Compendium, ainsi que le Directoire général pour la catéchèse.

            Une attention particulière doit être accordée au magistère des Papes Pie XII, Paul VI, Jean-Paul II et Benoît XVI sur la Parole de Dieu, ainsi qu'aux documents des Dicastères de la Curie romaine issus dans les quarante années qui ont suivi le Concile. À consulter encore les textes sur la Parole de Dieu dans les Églises particulières et d'autres organismes ecclésiaux continentaux, régionaux et nationaux. Mais le Synode se réfère plus spécialement à deux événements : le premier est le précédent Synode sur l'Eucharistie où se conjugue la Parole de Dieu, en constituant une seule table pour le Pain de vie (cf. DV 21). Le second événement de grâce important est celui qui anime le Synode dans ses travaux, puisqu'il se déroule pendant l'Année paulinienne, dans la mémoire vivante de l'Apôtre qui fut un témoin et un annonceur exemplaire de la Parole de Dieu, un maître permanent dans l'Église.


Attentes communes

3.         À partir des contributions des Pasteurs, on constate de nombreux points communs, qui expriment ce qui est attendu du Synode. Parmi les rappels les plus courants, citons :

-        la nécessité de donner la première place à la Parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l'Église, mais en même temps aussi le courage et la créativité d'une pédagogie de la communication adaptée à l'époque (culture, contextes de vie actuels, communication) ;

-        l'invitation à reconnaître que la Parole de Dieu est Jésus-Christ, ce qui comporte une lecture de l'ensemble de la Bible considérée dans son mystère, de façon privilégiée dans la célébration liturgique, en particulier dans l'Eucharistie du dimanche ;

-        la proclamation que l'Esprit Saint conduit à la pleine compréhension de la Parole de Dieu, en nous donnant de la comprendre et en animant la lecture de la Bible dans l'Église, dans sa Tradition vivante d'annonce et de charité, de sorte que pour écouter la Parole de Dieu et lire la Bible, il faut appartenir à la communauté de l'Église et avoir une attitude de communion et de service ;

-        la certitude que la Bible est la révélation de la Parole de Dieu, même avec les nombreuses difficultés rencontrées pour la comprendre, plus spécialement dans l'Ancien Testament ;

-        le grand désir des fidèles d'écouter la Parole de Dieu, auquel on répond par d'importantes initiatives pastorales ; mais est également ressenti avec urgence le besoin de dépasser l'indifférence, l'ignorance et la confusion sur les vérités de la foi à propos de la Parole de Dieu, ainsi que le manque de préparation et de matériel biblique ;

-        la nécessité d'une pastorale biblique, mais aussi d'une animation biblique de toute la pastorale, qui comprenne l'enseignement de toutes les vérités de la foi ;

-        la nécessaire communion dans la foi et dans la pratique de la Parole de Dieu ; mais, en même temps, il est aussi demandé que chaque Église particulière assume le devoir d'accueillir la Parole en conformité à sa situation individuelle ;

-        les différentes approches de la Bible dans la Tradition latine et dans la Tradition orientale, en tenant compte de ce que leur connaissance doit être diffusée de façon opportune et qu'elles doivent être considérées comme une richesse ;

-        la compétence et la responsabilité des Pasteurs dans le cadre de l'annonce de la Parole de Dieu, qui exige d'eux une mise à jour permanente de leur formation ;

-        l'urgence que le laïcat ne soit pas seulement un sujet passif, mais devienne aussi bien un auditeur de la Parole de Dieu qu'un annonceur correctement préparé, soutenu par la communauté ;

-        la certitude que Dieu adresse sa Parole de sagesse à chaque homme, à partir des plus pauvres, et qu'il désire donc que sa Parole soit insérée dans la mission, c'est-à-dire qu'elle soit annoncée à tous les peuples comme une Bonne Nouvelle de libération, de consolation et de salut, en cherchant le dialogue au sein des Églises et des communautés chrétiennes et avec les autres religions, et d'autant plus avec les nombreuses cultures, sans oublier toutes les semences de vérité que la providence de Dieu a déposé en elles.


But du Synode

4.            Le premier but du Synode est de se consacrer au thème de la Parole avec laquelle « Dieu, qui est invisible (cf. Col 1,15 ; 1 Tm 1,17 ), s'adresse aux hommes comme à des amis (cf. Ez 33,11 ; Jn 15,14-15), et converse avec eux (cf. Ba 3,38) pour les inviter à entrer en communion avec lui » (DV 2). Ce qui comporte l'écoute et l'amour de la Parole du Seigneur, en harmonie avec la vie concrète des personnes de notre temps. La Parole de Dieu détermine un appel, créé la communion, envoie en mission, afin que ce que l'on a reçu pour soi devienne un don pour autrui. Il s'agit donc d'un but éminemment pastoral et missionnaire : approfondir les raisons doctrinales et se laisser éclairer par elles signifie étendre et renforcer la pratique de la rencontre avec la Parole de Dieu comme source de vie dans les différentes sphères de l'expérience et, suivant les chemins adéquats et praticables, pouvoir écouter Dieu et parler avec Lui.

a.       Concrètement, parmi ses objectifs le Synode se propose d'aider à éclairer davantage les aspects fondamentaux de la vérité sur la Révélation tels que : la Parole de Dieu, la foi, la Tradition, la Bible, le Magistère, qui motivent et garantissent un chemin de foi valable et efficace ; d'encourager l'amour profond pour les Saintes Écritures, afin que leur accès soit largement ouvert aux chrétiens (cf. DV 22), en relevant l'unité entre le pain de la Parole et du Corps du Christ, pour nourrir pleinement la vie des chrétiens.[2] Il est nécessaire, en outre, de rappeler la circularité indissoluble entre la Parole de Dieu et la liturgie ; de solliciter en tout lieu l'exercice de la Lectio Divina, correctement adaptée aux différentes circonstances ; d'offrir aux pauvres une parole de consolation et d'espérance. De sorte que ce Synode vise à coopérer à un exercice herméneutique correct des Écritures, en orientant de façon appropriée le processus d'évangélisation et d'inculturation nécessaire ; il entend encourager le dialogue œcuménique, lié étroitement à l'écoute de la Parole de Dieu; il désire favoriser le dialogue entre juifs et chrétiens et, plus largement, le dialogue interreligieux et interculturel.

b.      Nombre de Pasteurs ont manifesté le désir que la contribution finale du Synode ne soit pas seulement informative, mais qu'elle concerne la vie, qu'elle provoque la participation, de sorte que la Parole de Dieu apparaisse vivante, efficace et pénétrante (cf. He 4,12) grâce à un langage essentiel que les chrétiens puissent comprendre. À ce propos, il convient de rappeler que les mots Bible, Saintes Écritures, Livre Sacré, ont une même signification et il sera possible, à partir du contexte, de comprendre lorsque l'expression « Parole de Dieu » assume aussi le sens de « Saintes Écritures ».



 

PRÉMISSE

Itinéraire historique

« Signes des temps ». Quarante ans après le Concile

« Que la parole du Seigneur accomplisse sa course
 et soit glorifiée » (
2 Th 3,1)


Bonne saison pour les fruits

5.            La Parole de Dieu a produit différents résultats positifs dans la communauté chrétienne. Au plan objectif et général, on constate les aspects suivants :

-        le renouvellement biblique substantiel dans le cadre liturgique et catéchétique et, en amont, exégétique et théologique ;

-        la pratique naissante mais fructueuse de la Lectio Divina, suivant des modalités différentes ;

-        la diffusion du Livre Sacré grâce à l'apostolat biblique et l'élan de communautés, groupes et mouvements ecclésiaux ;

-        le nombre toujours plus important de nouveaux lecteurs et ministres de la Parole de Dieu ;

-        la disponibilité croissante d'instruments et de matériels dans la communication contemporaine ;

-        l'intérêt pour la Bible dans les milieux culturels.


Incertitudes et questions

6.            Toutefois, d'autres aspects restent encore ouverts et problématiques. Toujours à partir d'un plan objectif de données, dans les Églises locales on enregistre un peu partout les lacunes qui suivent :

-        la Constitution dogmatique Dei Verbum est peu connue en tant que telle ;

-        on constate une plus grande familiarité avec la Bible, mais une connaissance insuffisante de l'ensemble du dépôt de la foi à laquelle elle appartient ;

-        pour ce qui est de l'Ancien Testament, sa difficulté de compréhension et d'accueil est répandue, avec le risque d'un usage incorrect ;

-        l'approche liturgique de la Parole de Dieu durant la Messe laisse souvent à désirer ;

-        un nœud délicat et souffert est celui du rapport entre la Bible et la science, à propos de l'interprétation du monde et de la vie humaine ;

-        en tous cas, d'une manière ou d'une autre, les fidèles restent détachés de la Bible, dont la fréquentation ne résulte pas être une expérience généralisée ;

-        on rappelle la nécessité de considérer dans sa plénitude le lien étroit entre les enseignements moraux et les Saintes Écritures, en particulier en faisant référence aux Dix Commandements et au précepte de l'amour de Dieu et du prochain, comme au discours sur la Montagne et à l'enseignement de Saint Paul sur la vie dans l'Esprit;

-        enfin, il faut ajouter une double pauvreté quant aux moyens matériels dans la diffusion de la Bible et dans les formes de communications qui apparaissent souvent inadéquates.


Condition de foi variée et exigeante

7.            Si l'on considère la condition de foi dans ce tableau de lumières et d'ombres, les contributions des Pasteurs mettent en évidence des points importants de réflexion, pouvant être regroupés en trois catégories : personnel, communautaire et social.

a.       Au niveau des personnes. Il faut tenir compte du fait que trop de fidèles hésitent à ouvrir la Bible pour différentes raisons, en particulier parce qu'ils ont le sentiment qu'il s'agit d'un Livre trop difficile à comprendre. Chez nombre de chrétiens, le désir intense d'écouter la Parole de Dieu se réalise dans une expérience plus émotive que convaincue, du fait qu'ils connaissent peu la doctrine. Cette fracture entre la vérité de foi et l'expérience de vie se perçoit surtout dans la rencontre liturgique avec la Parole de Dieu. Il faut ajouter à cela un certain fossé entre les experts et les Pasteurs et entre les experts et les gens simples des communautés chrétiennes. Deuxièmement, il faut bien reconnaître que beaucoup de chrétiens le rapport direct avec les Écritures est encore dans une phase initiale. À ce sujet, un témoignage particulier est apporté par les mouvements, tandis qu'il faut reconnaître aux personnes consacrées un rôle de pointe.

b.      Au niveau communautaire. Il ne faut pas oublier que si la Parole de Dieu a des auditeurs passionnés dans le monde entier, il existe des différences significatives au sein de l'Église. On pourrait affirmer que dans les Églises locales d'origine plus récente, ou dans des situations de minorité numérique, l'usage de la Bible parmi les fidèles est plus étendu qu'ailleurs. En outre, les formes d'approche sont différentes selon les contextes de sorte que nous pouvons parler aujourd'hui d'une approche biblique différenciée en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique et en Océanie. Et il existe toujours la différence complémentaire de l'usage de la Parole de Dieu dans les Églises latines et orientales, et pour ce qui est des autres Églises et communautés ecclésiales.

c.       Au niveau social. Se diffusant rapidement, le processus de mondialisation implique aussi l'Église. Trois facteurs - largement rappelés dans les réponses - agissent dans la rencontre avec les Saintes Écritures :

-        la sécularisation qui détermine une condition de vie facilement exposée à la dérive du sécularisme consumériste, au relativisme et à l'indifférence religieuse, en particulier parmi les jeunes générations ;

-        le pluralisme religieux et culturel, avec l'émergence de formes gnostiques et ésotériques dans l'interprétation des Saintes Écritures, et de groupes religieux indépendants au sein de l'Église catholique. En outre, on assiste au développement de confrontations difficiles et de conflits douloureux, surtout pour les minorités chrétiennes dans un milieu non chrétien, à propos de l'emploi de la Bible ;

-        l'aspiration largement ressentie à exprimer la Parole de Dieu comme libération de la personne de conditions inhumaines, et comme réconfort concret pour les pauvres et ceux qui souffrent.

               Dans le cadre de la nouvelle évangélisation, la transmission de la foi doit se conjuguer avec la découverte en profondeur de la Parole de Dieu. Il est souhaitable que la Parole de Dieu soit présentée comme soutien de la foi de l'Église au long des siècles.


Structure de l'Instrumentum laboris

8.            La structure du document s'articule en trois parties : la première partie est centrée sur l'identité de la Parole de Dieu selon la foi de l'Église ; la deuxième partie considère la Parole de Dieu dans la vie de l'Église ; la troisième partie réfléchit sur la Parole de Dieu dans la mission de l'Église.

            Chacune des parties est divisée en chapitres pour rendre la lecture plus aisée et plus claire. En résumé, le Synode entend méditer et proposer ce grand mystère de la Parole de Dieu - ce don suprême qu'Il a fait à l'Église - et rendre grâce pour ce mystère.


[1] Cf. Synodus Episcoporum, Relatio finalis Synodi Episcoporum Exeunte cœtu secondo: Ecclesia sub verbo Dei mysteria Christi celebrans pro salute mundi (07.12.1985) B, a), 1-4: Enrichidion del Sinodo dei Vescovi 1, EDB, Bologna 2005, pp. 2316-2320.
[2] Cf. Benedictus XVI, Adhort. Apost. Post-syn. Sacramentum caritatis (22.02.2007), 6; 52: AAS 99 (2007) 109-110 ; 145.

© Copyright 2008 - Secrétairerie Générale du Synode des Évêques et Libreria Editrice Vaticana.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact