Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Marie, étoile de l'espérance (Mt 2, 1-12) - Homélie Épiphanie

dominicanus #Homélies Année A (2007-2008)
Aucune autre étoile ne peut faire ce que fait Jésus :  tout en demeurant la "gloire d'Israël", il est la lumière qui éclaire toutes les nations et toutes les générations.

Aucune autre étoile ne peut faire ce que fait Jésus :  tout en demeurant la "gloire d'Israël", il est la lumière qui éclaire toutes les nations et toutes les générations.

    Vivre sous une bonne étoile, dormir à la belle étoile, voir des étoiles, voir dans les étoiles, suivre son étoile  ... : voilà autant d'expressions françaises qui sont entrées dans le langage courant. Nous parlons aussi des étoiles du cinéma, du sport. On les appelle plus souvent des stars. Il y a des danseurs ou des danseuses étoile. Peut-être ne manquez-vous jamais une émission de la Star Academy (Star Ac pour les intimes) pour assister à la naissance de nouvelles étoiles.

    Dans l'évangile de l'Épiphanie, c'est aussi une étoile naissante qui conduit les mages au Messie :
Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui,
disent les mages venus d'Orient à Hérode lors de leur arrivée à Jérusalem.

    Attention ! Ne confondons pas tout : ce n'est pas un horoscope qu’auraient tiré les mages qui les a incités à partir. Le Christ n'est pas déterminé par l'étoile. Il est le Créateur du ciel et de la Terre et il utilise les évènements et les hommes, ici les mages, pour se révéler à nous :
Un astre brille dans le ciel. Alors est détruite toute magie et l’ignorance dissipée ... Les mages n'hésitent pas à quitter leurs idoles pour adorer l’auteur des étoiles. (Saint Ignace d'Antioche)
    Ils vont même jusqu'à tout quitter, comme Abraham, sans savoir où ils vont.

    Tout à la fin de la Bible, dans le dernier chapitre de l'Apocalypse, mot qui veut dire "Révélation", Jésus se présente lui-même sous le signe de l'Étoile :
Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange vous apporter ce témoignage au sujet des Églises. Je suis le descendant, le rejeton de David, l’Étoile resplendissante du matin. (22, 16)

    Dans la première lecture (livre d'Isaïe) déjà, la lumière de cette étoile est aperçue de loin, attirant vers elle ceux qui vivent dans les ténèbres.
Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s'est levée sur toi. Regarde : l'obscurité recouvre la terre, les ténèbres couvrent les peuples ; mais sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire brille sur toi. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore.

    Dans l'évangile, d'autres prophéties viendront préciser : celle de Zacharie, peu de temps avant l'apparition de l'étoile, lors de la naissance de Jean Baptiste :
Telle est la tendresse du coeur de notre Dieu : grâce à elle, du haut des cieux, un astre est venu nous visiter ; il est apparu à ceux qui demeuraient dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort, pour guider nos pas sur le chemin de la paix.
    Puis vient celle de Siméon lors de la Présentation au Temple :
Mes yeux ont vu ton salut, que tu as préparé à la face de tous les peuples : lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d'Israël, ton peuple.

    Aucune autre étoile ne peut faire ce que fait Jésus :  tout en demeurant la "gloire d'Israël", il est la lumière qui éclaire toutes les nations et toutes les générations. Il est, comme nous le professons dans le Credo, "lumière né de la lumière, vrai Dieu, né du vrai Dieu. C'est pourquoi le Concile Vatican II affirme, tout au début de la Constitution sur l'Église (Lumen Gentium) :
Le Christ est la Lumière des nations ; aussi, en annonçant l'Évangile à toute créature (cf. Mc 16, 15), le saint Concile réuni dans l'Esprit-Saint désire-t-il ardemment illuminer tous les hommes de la lumière du Christ qui resplendit sur le visage de l'Église.

    Mais il ajoute aussitôt :
Celle-ci (l'Église), pour sa part, est dans le Christ comme un sacrement ou, si l'on veut, un signe et un moyen d'opérer l'union intime avec Dieu et l'unité de tout le genre humain ; elle se propose donc, en suivant de près la doctrine des précédents Conciles, de faire connaître avec plus de précision à ses fidèles et au monde entier sa nature et sa mission universelle.

    Voilà toute la mission, la raison d'être de l'Église : être le signe et l'instrument dont Jésus se sert pour éclairer toute l'humanité. Il n'y a donc ni opposition ni contradiction entre "la Lumière" et les témoins de la Lumière (cf. Jn 1, 7-9). Jésus dit : "Je suis la Lumière du monde" (Jn 8, 12). C'est le même Jésus qui dit à ses disciples : "Vous êtes la lumière du monde" (Mt 5, 14). C'est pour cela que nous avons été baptisés et confirmés. C'est pour cela que nous sommes rassemblés pour l'eucharistie chaque dimanche : pour être des étoiles dans la nuit de ce monde, pour montrer à tous ceux qui sont dans les ténèbres de l'erreur le chemin vers le Christ.

    Saint Paul (cf. 2° lect.) a été l'un de ces témoins hors pair que le Seigneur a suscité au commencement de l'Église pour éclairer les nations. Mais encore bien plus que lui et obéissant à une vocation unique, il y a, dans l'Église, et comme son modèle, la Vierge Marie, appelée, elle aussi, dans les litanies, "étoile du matin". En conclusion de la constitution Lumen Gentium, le même Concile affirme que :
sur cette terre, jusqu'à ce que vienne le jour du Seigneur (cf. 2 P 3, 10), elle brille, devant le Peuple de Dieu en marche, comme un signe d'espérance certaine et de consolation.

    C'est pourquoi,
Quand l'Église considère le rôle de la Vierge Marie dans l'histoire du salut, elle l'appelle souvent "notre espérance" ou "mère de l'espérance" : elle se dit "heureuse de la nativité de la Vierge Marie qui fit lever sur le monde l'espérance et l'aurore du salut" (PC du 8 septembre) ; dans le mystère de l'Assomption, elle évoque, en reprenant presque à la lettre les termes déjà cités de Lumen Gentium la Vierge Marie qui "guide et soutient l'espérance de ton peuple en chemin" (Pf) ; dans la messe votive en l'honneur de le Marie, mère de l'Église, elle chante Marie, "élevée dans la gloire du ciel, (qui) accompagne et protège l'Église (...) dans sa marche vers la patrie". (Messes en l'honneur de la Vierge Marie, n° 37, Sainte Marie, mère de l'espérance)

    Quoi d'étonnant si Benoît XVI termine lui aussi son encyclique sur l'espérance, Spe salvi, en évoquant et en priant la Vierge Marie, "étoile de l'espérance" et qui est donc aussi l'étoile de l'évangélisation.

N.B. 1 : Demain et après-demain je mettrai en ligne sur ce blog les deux paragraphes de l'encyclique évoqués dans cette homélie.

N.B. 2 : Pour mieux "coller" au mystère de l'Épiphanie, j'ai volontairement sauté un passage important de l'encyclique Spe salvi. J'y reviendrai au moment opportun.
RSS Contact