Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Benoît XVI, Homélie pour la messe de la nuit de Noël 2007 (1)

dominicanus #La vache qui rumine (Année A)
undefinedChers Frères et Sœurs,

« Pour Marie, arrivèrent les jours où elle devait enfanter. Et elle mit au monde son fils premier-né; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (cf. Lc 2, 6ss).
De manière toujours nouvelle, ces mots nous touchent le cœur. Il est arrivé le moment annoncé par l’Ange à Nazareth :
« Tu vas enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut » (cf. Lc 1, 31).
Il est arrivé le moment attendu par Israël depuis tant de siècles, durant tant d’heures sombres – le moment attendu en quelque sorte par toute l’humanité à travers des figures encore confuses : le moment où Dieu prendrait soin de nous, où il ne serait plus caché, où le monde deviendrait sain et où il renouvellerait tout. Nous pouvons imaginer par quelle préparation intérieure, avec quel amour Marie est allée au devant de cette heure. La courte notation « elle l’emmaillota » nous laisse entrevoir une part de la joie sainte et de l’empressement silencieux de cette préparation. Les langes étaient prêts pour que l’enfant puisse être bien accueilli. Mais dans la salle commune, il n’y avait pas de place. D’une certaine façon, l’humanité attend Dieu, elle attend qu’il se fasse proche. Mais quand arrive le moment, il n’y a pas de place pour lui. Elle est si occupée d’elle-même, elle a besoin de tout l’espace et de tout le temps de manière si exigeante pour ses propres affaires qu’il ne reste rien pour l’autre – pour le prochain, pour le pauvre, pour Dieu. Et plus les hommes deviennent riches, plus ils remplissent tout d’eux-mêmes. Et moins l’autre peut y entrer.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Jocelyne 26/12/2007 17:48

Merci mon Père et"JOYEUX NOËL"!Merci pour cette lecture qui permet de faire le lien entre sa vie actuelle et celle de la Nativité du Seigneur.Que c'est difficile de laisser cet espace et ce temps necessaire à notre Seigneur !Ce qui est inquiétant c'est l'empressement que je peux avoir pour des futilités sans penser à travers ce pauvre à Jésus qui compte sur nous et qui nous veut du bien.J'ai souvent envie de faire mes petites affaires en me disant prier ou faire avec Jésus plus- tard lorsque j'aurai termineé. C'est toujours comme cela et il m'arrive de penser que je suis irrécupérable. Quand gravirais- je la première marche vers la "Sainteté" ?              Merci pour tout !                                     Jocelyne

dominicanus 26/12/2007 18:15

Par l'escalier, probablement jamais. Mais par l'ascenceur des bras de Jésus, dès qu'il voudra. En attendant il faut continuer d'essayer par l'escalier.

RSS Contact