Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Praedicatho homélies à temps et à contretemps
Homélies du dimanche, homilies, homilieën, homilias. "C'est par la folie de la prédication que Dieu a jugé bon de sauver ceux qui croient" 1 Co 1,21

Transmets la Parole que tu reçois - Homélie 29° dimanche du Temps Ordinaire C

dominicanus #homélies (patmos) Année B - C (2006 - 2007)

29-TOC-ev.jpg

 

 

Dimanche de la mission universelle (messe de rentrée des jeunes du cheminement)


    "Proclame la Parole à temps et à contretemps". Cette Parole n'est pas seulement une parole écrite qu'on peut lire dans un livre qu'on appelle la Bible. Le Christ lui-même s'est fait Parole : "Le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous" (Jn 1, 14).

    La Parole que nous devons recevoir et transmettre est donc une Parole vivante. Recevoir cette Parole veut dire : croire en Jésus, Fils de Dieu fait homme. "Quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?" Cette question que Jésus nous pose doit nous interpeler : aujourd'hui, sommes-nous de ceux qui croient, de cette minorité ("petit troupeau", dira Jésus) de ceux qui croient ? Si nous attendons que tout le monde croie pour suivre le mouvement, nous risquons d'attendre longtemps.

    Mais l'expression "petit troupeau" nous rappelle en même temps que transmettre la Parole tout seul, cela n'est pas possible non plus. Le troupeau des croyants est petit, mais il existe, voulu par Dieu, et personne ne peut s'en passer. "La moisson est abondante et les ouvriers peu nombreux" : c'est le diagnostic de Jésus, et c'est un diagnostic précis. "Peu nombreux", mais pas isolé. "Peu nombreux": raison de plus pour se serrer les coudes de la foi, puisque c'est la foi de l'Église, pas ma petite foi à moi tout seul.

    Si nous ne transmettons pas la Parole que nous avons reçue, c'est que nous ne croyons pas en elle. Si notre foi n'est pas la foi du "petit troupeau", celle que nous avons reçue au baptême, si c'est la petite foi que nous nous sommes fabriquée, nous ne pourrons pas transmettre la Parole et notre vie sera stérile.

    En ce jour où nous célébrons la messe de la rentrée des jeunes du cheminement dans notre paroisse, leur parents, parrains et marraines pourront concrètement se poser la question : qu'est-ce que je fais pour transmettre la foi à mes enfants ? Et aussi : quelle foi est-ce que je transmets à mes enfants ? Si nous voulons être sincères, force nous est de constater que dans l'ensemble, et sauf exception, il existe un déficit très grand dans ce domaine.

    Benoît XVI nous aide encore à cerner davantage les causes de ce déficit :

 
La première urgence pour les croyants au Christ est de renouveler la foi des adultes dans tellement de communautés aujourd’hui sécularisées pour qu’ils puissent la communiquer aux autres générations.

Pas de transmission "authentique", a-t-il encore insisté, si les parents ne
 
s’engagent pas à approfondir la connaissance de leur propre foi, ravivant la flamme de la prière et la pratique assidue des sacrements de la confession et de l’eucharistie". (Discours aux familles en Espagne, La Croix - 3 juillet 2006).

    La foi, nous venons de le voir, c'est l'objet de la question de Jésus : la trouvera-t-il quand il viendra ? Nous ne savons pas quand ce sera, et nous n'avons pas besoin de le savoir. Il faut être prêt à chaque instant. L'approfondissement de la foi, ce n'est pas seulement pour les enfants et les adolescents. C'est aussi pour les adultes. La paroisse et le diocèse vous en offrent la possiblité. Il y en a d'autres qui ont leur valeur, pourvu qu'elles soient catholiques. L'erreur, comme disait la publicité, c'est d'aller ailleurs.

    Saint Paul à Timothée :
Tu dois en rester à ce qu’on t’a enseigné : tu l’as reconnu comme vrai, sachant bien quels sont les maîtres qui te l’ont enseigné.
    La foi, c'est bien aussi l'objet de l'exhortation de saint Paul à Timothée, qui n'était plus un adolescent. Votre foi d'adulte, comme la sienne, a besoin d'être gardée et, en même temps, renouvelée. Sinon vous ne pourrez pas la communiquer.

    Benoît XVI aux évêques d'Autriche :

Pensez à la façon dont, peu à peu, l'enseignement de la religion, la catéchèse aux divers niveaux et la prédication peuvent être améliorés, approfondis et pour ainsi dire complétés ! Utilisez avec ardeur, je vous le demande, le Compendium et le Catéchisme de l'Eglise catholique ! Faites en sorte que tous les prêtres et les catéchistes adoptent ces instruments, qu'ils soient présentés dans les paroisses, dans les groupes et dans les mouvements, et qu'ils soient utilisés dans les familles comme lecture importante ! Face à l'incertitude de cette période historique et de cette société, offrez aux hommes la certitude de la foi intégrale de l'Eglise ! La clarté et la beauté de la foi catholique rendent la vie de l'homme lumineuse aujourd'hui également ! Et cela en particulier si elle est présentée par des témoins enthousiastes et enthousiasmants.

Benoît XVI aux évêques autrichiens, visite ad limina,
message du 5 novembre 2005

   Les évêques, les prêtres, les catéchistes : ce ne sont pas des gamins non plus. Mais tout adultes, catéchistes et théologiens qu'ils sont, le Compendium et l'intégralité du Catéchisme sont pour eux "une lecture importante".

    La prière, il en est bien question dans les passages de la Bible que nous venons d'entendre. Ils nous invitent surtout à la persévérance et mettent en garde contre le danger de la lassitude (1° lect.) et du découragement (évangile). La première lecture, en outre, nous rappelle que si la prière nécessite un investissement personnel (Moïse ne prie pas comme une remorque, mais comme un entraîneur), elle doit, pour durer, être aussi communautaire. Tout seul, on se "fatigue" bien vite de prier, même si on est de ceux qui entraînent. D'ailleurs, on n'a jamais vu un entraîneur tout seul. Un entraîneur suppose une équipe. D'où l'importance de la prière de l'Église qui donne vigueur à la nôtre, personnelle, conjugale et familiale. Ca fait tout de même deux mille ans qu'elle prie, l'Église ! Et ça fait deux mille ans qu'elle croit !

    Mais Benoît XVI ne parle pas seulement de la connaissance de la foi qu'il faut renouveler et approfondir, et de la prière qu'il faut raviver. Il parle aussi de la nécessité de la pratique assidue des sacrements, notamment la confession et l'eucharistie. Nous en avons parlé dimanche dernier. Mais ce rappel n'est pas superflu. Des cent et quelques adolescents inscrits au cheminement, combien y en a-t-il que leurs parents accompagnent à la messe chaque dimanche ? Et combien y en a-t-il qui, au moins une fois ou deux par an, font une bonne confession ?

    L'approfondissement de la foi, la persévérance dans la prière et dans la pratique des sacrements : si un ou plusieurs de ces éléments font défaut dans la vie des parents, la transmission de la foi aux enfants ne pourra guère se faire.

    Mais vous, les enfants, vous adolescents, vous n'êtes pas non plus de simples réceptacles de la foi. En entrant "en cheminement" vous prenez vos propres responsabilités. Vous non plus n'êtes pas de simples remorques.

    La transmission de la parole ne se fait pas seulement de génération à génération. Vous aussi êtes acteurs entre vous. L’Esprit Saint vous fait apôtres. À travers l’action du MIDADE dans le monde (Mouvement d’éducation, d’action et d’évangélisation, présent dans 55 pays), nous pouvons voir comment les enfants sont capables d’être témoins au milieu de leurs semblables.

■ Au Cameroun, ils sont devenus actifs
« Mathias 13 ans et ses copains Cop’Monde habitent un quartier de Kongsamba très insalubre. Pendant la période des pluies cela devient intenable. Les populations et les pouvoirs publics semblent indifférents devant cette saleté qui envahit le quartier. Mathias et ses amis Cop’Monde décident de lancer une opération quartier propre. Ils en parlent à leur responsable de groupe et au curé. Le dimanche, à la fin de la messe, le curé donne la parole à Mathias qui informe et explique à toute la communauté chrétienne la décision du groupe. Le jour fixé, plusieurs enfants rejoignent le groupe pour un grand travail de nettoyage du quartier. Ils sont rejoints par quelques adultes ».

■ Les Yambotes
Ce mot veut dire appelé, avec d’autres, à faire des bonnes actions pour changer autour de soi. En 1999, c’est la fin de la guerre à Brazzaville. Il y a de l’insécurité partout, on continue le pillage des maisons, les arrestations se multiplient. Devant ce climat, les enfants « Yamboté » de la capitale s’écrivent des messages pour inviter les enfants dans les différents quartiers d’arrêter de s’associer aux malfaiteurs, et de dénoncer les agressions et les pillages. La vigilance des enfants atténue l’insécurité. Les messages sont relayés par quelques curés de paroisses.

■ Une rencontre en Afrique centrale.
35 enfants du MIDADE, délégués du Gabon, du Congo-Brazza, de la RDC, du Tchad, de la RCA et du Cameroun se retrouvent à Yaoundé, au Cameroun, en août 2005, pour réfléchir sur la situation dramatique de la région. Soutenus par leurs mouvements, ces enfants lancent un message de paix aux enfants de la région, aux dirigeants politiques. Dans le message, les enfants invitent les populations de la région à se tourner vers les valeurs de l’Évangile : la fraternité, l’amour du prochain, le pardon et la justice. Au cours de la rencontre, les enfants reçoivent la visite de l’Archevêque de Yaoundé. Le message a été repris par les églises de la région.

■ Au Sri-Lanka, des initiatives simples redonnent espoir
"Après le passage du Tsunami, le Mouvement des enfants LA-KRI-VI, (affilié au MIDADE) est directement frappé par la mort de plusieurs enfants et la souffrance des survivants. Face au désespoir des milliers d’enfants, le mouvement met en action des programmes pour soutenir humainement et spirituellement les “petites victimes”. Des initiatives simples : chants, théâtres, jeux, histoires, films, dessins et dynamique de groupe. Le but était de délivrer un message d’espoir. Les enfants ne voulaient plus entendre parler de Dieu. Ces programmes ont “réveillé” des milliers d’enfants. Les moines Bouddhistes ont voulu s’opposer aux programmes, car conduits par des enfants chrétiens. Nous avons dialogué avec eux. Quand ils ont vu le bien que cela apportait aux enfants, ils nous ont encouragés. Cette belle initiative a aussi donné l’occasion de renforcer le dialogue et de développer les rencontres entre bouddhistes et chrétiens".

    Et, pour finir - ce sera le bouquet final - ce beau témoignage d'un séminariste de Nice qui a enseigné dans une école au Burkina :

■ Au Burkina, les enfants viennent si nombreux à l’église…
Est-ce parce que je suis blanc, beaucoup d’enfants venaient me parler, même en dehors de l’école. On a eu des conversations très enrichissantes. Être au milieu d’eux était vraiment source de richesse et de joie. Quand on vient dans des écoles comme celle de Dano (Burkina), en Afrique, on comprend mieux les paroles de Jésus lorsqu’il dit "Laissez venir à moi les petits enfants" ou "Le royaume des cieux leur ressemble". Car ces enfants sont vraiment purs, innocents et vrais. C’est agréable de découvrir leur monde, de savoir ce qu’ils disent et ce qu’ils pensent. Alors, je garde dans le coeur la joie de ces enfants… Les églises sont trop petites le dimanche, tant les chrétiens sont nombreux à venir à la messe. Même en semaine, ils se pressent pour venir à la rencontre du Christ pour des messes ordinaires, ils sont attentifs, fidèles aux rassemblements de la paroisse. Les messes peuvent durer deux à trois heures, et pourtant les paroissiens restent jusqu’à la fin, même s’ils ont dû vivre la messe dehors, faute de place. Pour eux, l’Église et le christianisme ont une place fondamentale dans leur vie.
Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

Le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ?

RSS Contact